Belafonte: tous sur le pont

Bela­fonte est une ten­ta­tive étudiante, née de l’envie que j’avais de don­ner un nou­veau souffle à un carac­tère étrange et amu­sant de Roger Excof­fon, le Calypso. Il y a eu quelques essais de réha­bi­li­ta­tions numé­riques, cer­taines tâchants d’être pré­cises mais aucune de façon convain­cante. Per­son­nel­le­ment, j’ai du mal avec la fausse trame off­set qui me ren­voie à une nos­tal­gie de la fin des années 50 avec laquelle je ne suis pas à l’aise, c’est pour­quoi j’ai voulu extraire le concept visuel exprimé dans ce carac­tère pour pro­po­ser quelque chose qui tien­drait plus de l’hommage que du revi­val. C’est ce qui explique l’emploi d’un autre nom.

Spé­ci­men de la fon­de­rie Olive à par­tir duquel j’ai fait le pre­mier dessin.

Le prin­cipe déve­loppé est fina­le­ment assez simple. Je rem­place une trame par une autre qui me semble moins datée et per­met de renou­ve­ler le style du carac­tère tout en lui conser­vant ses carac­té­ris­tiques dyna­miques et l’esprit du volume que trans­crivent ces formes. Après quelques égare­ments, j’ai fini par employer les dégra­dés de forme, com­muns dans Adobe Illus­tra­tor, pour repro­duire des dégra­dés et les tra­vailler faci­le­ment. Le but était d’obtenir un sys­tème de trames qui per­met­trait de pro­duire un fichier de fonte classique.

Dif­fé­rents essais de trans­crip­tion des dégradés.

Fina­le­ment, je n’ai pas eu le temps (ou la patience ?) de déve­lop­per sérieu­se­ment cette fonte, mais le tra­vail de base étant fait et déjà exploi­table jusqu’à un cer­tain point, j’ai ima­giné rendre mes recherches et les quelques abou­tis­se­ments dis­po­nibles en open source pour l’éventuel plai­sir de quelques uns. Ce qui était ima­gi­na­tion devient donc un fait, par le fichier que je pro­pose au télé­char­ge­ment aujourd’hui, conte­nant une fonte som­maire, et les fichiers vec­to­riels qui per­met­tront aux enthou­siastes de jouer avec ce que j’ai pro­duit jusque là, le modi­fier, l’augmenter, l’améliorer, etc.

Il faut bien prendre conscience que cette créa­tion (le Calypso à l’origine) n’a jamais été conçue comme un carac­tère clas­sique mais plus comme un ensemble de let­trines ou lettres devant d’abord ser­vir à com­po­ser des mots pour des effets de titre. C’est pour­quoi je ne me suis pas collé au déve­lop­pe­ment d’une fonte com­plète, comme cer­tains l’ont essayé, parce que je trouve ça tout sim­ple­ment absurde. J’ai cepen­dant pris le temps de des­si­ner des chiffres et une esper­luète, ainsi que les accents (parce que les capi­tales s’accentuent, oui oui).

Ce tra­vail est dif­fusé en Crea­tive Com­mons, sous la licence ‘Pater­nité’, il n’est que néces­saire de men­tion­ner son ori­gine (mon nom quoi), mais toute uti­li­sa­tion com­mer­ciale ou non est auto­ri­sée, toute modi­fi­ca­tion est auto­ri­sée, tant que le/s fichier/s modifié/s est remis en cir­cu­la­tion dans les mêmes condi­tions, c’est-à-dire libre­ment et gratuitement.

Pour la petite his­toire, sur­tout à des­ti­na­tion des nou­veaux venus ou des inat­ten­tifs, le nom Bela­fonte est une réfé­rence directe au navire de Steve Zis­sou dans le film dont il est l’anti-héros, The Life Aqua­tic, nom de navire qui fait lui-même réfé­rence au navire de Jacques-Yves Cous­teau (dont Steve Zis­sou est une paro­die), la Calypso. Pour ce qui est de la rai­son du nom Bela­fonte attri­bué au navire, je vous laisse livrés à vous-même.

[Télé­char­ger Belafonte.zip]

Bela­fonte de Loïc San­der est mis à dis­po­si­tion selon les termes de la licence Crea­tive Com­mons Pater­nité — Par­tage des Condi­tions Ini­tiales à l’Identique 3.0 Unpor­ted. Les auto­ri­sa­tions au-delà du champ de cette licence peuvent être dis­cu­tées à cette adresse: loic (at) aka­lol­lip (dot) com

Enfin, si le tra­vail de Roger Excof­fon vous inté­resse, je ne peux que chau­de­ment vous recom­man­der la lec­ture du livre publié chez Ypsi­lon Éditeur en novembre 2010, Roger Excof­fon et la fon­de­rie Olive, très com­plet, agréable à lire et une mine d’informations au sujet de ces tra­vaux typo­gra­phiques qui ont pro­fon­dé­ment mar­qués le pay­sage typo­gra­phique et urbain français.

Autre­fois à ce sujet:

bel.bir (Bela­fonte birn­baum)
Bela­fonte: encore
Paperk­nack (nais­sance de Belafonte)

One Response to “Belafonte: tous sur le pont”

  1. Aurore Dechambre Says:

    Elle est fas­ci­nante.
    Mais je pré­fère Steve Zissou!

Leave a Reply